La profession d’hypnothérapeute n’est pas réglementée.
Tout le monde peut donc en théorie ouvrir son cabinet d’hypnose.

Il n’existe en France que quelques titres reconnus :
psychologue : titre protégé et reconnu par l’État depuis 1985 (tout psychologue doit avoir fait des études universitaires de psychologie jusqu’au mémoire de Master 2),
psychiatre : ce dernier est un médecin à part entière,
psychothérapeute : depuis 2010, c’est un titre “réservé” : la loi impose l’inscription des professionnels au registre national des psychothérapeutes. Sont autorisés à utiliser le titre de psychothérapeute :
les psychiatres,
les psychologues (sous réserve d’avoir effectué un stage obligatoire),
les médecins non psychiatres (sous réserve d’avoir effectué une formation et un stage obligatoires),
les psychanalystes (sous réserve d’avoir effectué une formation et un stage obligatoires),
les autres professionnels (sous réserve d’avoir effectué une formation et un stage long),
enfin, la profession de psychanalyste n’est à ce jour pas réglementée par l’Etat.
A la différence du psychologue et du psychiatre, le praticien hypnothérapeute n’est donc pas protégé par un diplôme et n’est pas reconnu par l’Etat, même si de nombreuses écoles et instituts spécialisés en hypnose ou en hypnothérapie délivrent des “certificats”, sans valeur réelle.

Dans tous les cas, pour être crédible, l’hypnothérapeute devra justifier de connaissances, d’expérience et de références solides. Il est préférable qu’il soit psychothérapeute (“psychopraticien”) ou professionnel de la santé.


1 commentaire

Mickaël CHAM · 19 mai 2018 à 0 h 10 min

Super 👌

Laisser un commentaire